03 avril 2008

Narcose, par La Volte > P

Les Editions La Volte annoncent la parution, le 24 avril 2008, du célèbre roman NARCOSE de Jacques Barbéri, en version longue, réécrite, accompagnée d'un album musical : "Une soirée au Lemno's Club".

La quatrième de couverture de Narcose :

"NARCOSE, ville-rêve… Anton Orosco, artiste de la magouille, doit fuir. Son salut passe par l’extrados, la zone urbaine des marginaux peuplée par une faune étrange, décalée, où les lolitrans croisent des humains à tête d’animal. Mais se cacher est inutile. Autant changer de corps. En s’embarquant dans une course à la chirurgie plastique, Anton ne pensait pas finir dans la peau d’un lapin. Ni rencontrer Célia, l’adolescente mystérieuse capable de franchir l’envers du décor. Bourré d’amphécafé et de scotch-benzédrine, Anton traverse à toute allure un univers grouillant et instable. En quête d’une issue. D’un plancher tangible. Car à Narcose, lorsqu’on tombe, c’est peut-être le sol qui monte.

Roman halluciné, NARCOSE se présente enfin au lecteur sous sa forme achevée, premier volet d’un triptyque édité par La Volte. Jacques Barbéri gonfle un univers délirant jusqu’aux limites de l’explosion.

Quand Barbéri l’écrivain rencontre Jacques le musicien, pour un album en écho fiévreux au roman —cinglant et parfois orgiaque : UNE SOIRÉE AU LEMNO’S CLUB. "
A écouter, en avant-première : Lemno's danse et autre plage !

Conjointement à la parution de Narcose, La Volte publie L'homme qui parlait aux araignées, un recueil de 21 nouvelles.

La quatrième de couverture de L'homme qui parlait aux araignées :
"Maître des apparences et des changements à vue, Jacques Barbéri dispose d'une arme redoutable pour nous entraîner dans ses fictions spéculatives, une virtuosité littéraire qui se joue de toutes les situations, même des plus improbables. Il dynamite le déroulement de ses histoires avec des gags à la Tex Avery, dévoie les images des films de Cronenberg, parodie la vieille science-fiction, la truffe d'horreur et de magie pour en squeezer les thèmes obsolètes" P. Curval.
Le 24 avril 2008,
Jacques Barbéri est de retour sur terre !

(re)découvrir Barbéri : www.lewub.com/barberi

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Le personnage de Célia est inspiré de Célia Simonnet